Missy – Rwanda 1995


Du Cpl John Harvey, Royal Australian Air Force
Traduction libre, Florent Tremblay

NdT : La guerre ‘civile’ faisait rage au Rwanda, il y a quatorze ans. Une jeune fille, Missy de son nom, lourdement blessée par l’explosion d’une mine anti-personnel, gisait au sol; elle aurait pu rester là et, comme un animal blessé, mourir au bout de son sang. Heureusement, Missy fut soignée par le personnel du Corps Médical Australien qui travaillait à la clinique de Kigali établissement dont le personnel avait été tué lors du génocide survenu en 1994. Le texte qui suit fut écrit par un caporal australien qui était aussi sur place, au Rwanda. Ce POÈME nous est parvenu dernièrement.

MISSY

J’ai d’abord vu Missy dans son lit d’hôpital
Couverte de peaux mortes et de taches rouges;
Sa jambe droite, un moignon, balançait au vent
Et sa jambe gauche en putréfaction était blessée.


Sur la photo Missy est avec l’adjudante France Gagné, militaire canadienne, adjointe
au Médecin qui prit soin de la blessée après sa sortie d’hôpital. Mme Gagné est la secrétaire
de l’Association des Vétérans canadiens des Forces de Paix des Nations Unies,
succursale Major-général Alain R. Forand. À vous, France, nos respects.

Son seul œil me regardait, suivant tous mes mouvements,
Sans arrêt je parlais et elle, pas un mot ne disait,
Son regard craintif se déplaçait entre le plafond et le sol.

Les jours devinrent des semaines de douleurs,
Des greffons de peau sur elle et des jeux pour la soulager,
Des exercices de renforcement qui n’en finissaient pas.

Et maintenant, Missy sourit, joue et s’affaire à la tâche.
Mais pour en arriver là, quel long calvaire ce fut!
Que sera l’avenir de cette agile Musengimano
Dans un pays déchiré par la guerre et la misère?

L’explosion qui l’estropia conduisit sa mère au ciel.
Sa grand-maman maintenant se tient auprès d’elle,
L’encourageant bien fort en caressant sa tête.

Sa prothèse bien en place, Missy va bientôt nous quitter.
Elle ira avec son clan habiter un lieu inconnu.
Nous nous souviendrons de ses rires, de son visage souriant.
Le souvenir de cette douce Missy remplira nos cœurs de joie.

Elle quittera bientôt la sécurité de nos soins,
L’avenir pour elle est encore incertain.
Chère petite Missy, Grande blessée de guerre.

Retour à la page Poésie